Résumé d'Ute Smit

Etudes en anglais: pratiques plurilingues et interculturelles dans la formation universitaire multilingue

A l’heure où  s’étend l’internalisation dans l’enseignement supérieur, l’enseignement en anglais, dans la formation universitaire plurilingue (ou EMEMUS), est devenu pratique courante. Elle est amplement  reflétée dans la recherche qui fournit  des descriptions de réalisations locales (par ex. Doiz, Lasagabaster and Sierra 2013 ; Smit and Dafouz 2012). Afin d’étendre la portée  à  une compréhension théorique,  je vais commencer par présenter un cadre conceptuel destiné à des analyses dynamiques d’ EMEMUS (Dafouz and Smit forthc.). S’appuyant sur des orientations sociolinguistiques récentes et des approches discursives (par ex. Blommaert and Rampton 2012, Hult 2010, Shohamy 2006), le cadre considère EMEMUS comme un phénomène social et conçoit la discussion comme point d’accès à six dimensions significatives, qui sont considérées comme fondamentalement complexes, liées par le  contexte et se recoupant  les unes les autres de façon dynamique.

La rigueur analytique du cadre aboutira alors à une discussion des pratiques plurilingues et interculturelles, qui caractérisent le discours estudiantin et professoral dans leur situation spécifique au sein d’EMEMUS.  Plus précisément, l’attention sera portée sur la façon dont les participants se servent de leurs répertoires plurilingues, lorsqu’ils s’engagent  dans l’interaction institutionnalisée (par ex. Barnard and McLellan 2013), donnant ainsi un aperçu de la complexité linguistique et culturelle ainsi que de la fluidité  inhérentes  à l’anglais en tant que lingua franca dans la formation universitaire (Jenkins 2013). En combinant macro-,  méso-  et micro-niveaux de l’analyse de la politique et des pratiques et en les intégrant  dans des interviews, des questionnaires et des discussions en classe (Smit 2010), on soutiendra  les développements dynamiques dans les pratiques du « translanguaging », tout en les associant avec d’autres dimensions sociolinguistiques et pédagogiques, telles que des réalisations locales d’internationalisation, des décisions langagières des directions, les exigences  de la discipline universitaire et les acteurs sociaux concernés.